Catastrophe à l’atelier

Les gros orages d’il y a deux jours ont complètement dévasté l’atelier : charriant avec eux les terres d’une prairie permanente récemment retournée, située en contrehaut, elles ont inondé d’une épaisse couche de boue tout le terrain, l’atelier et ce qui s’y trouvait.

Les jours suivants ont donc été dévolus à un rassérénant nettoyage de printemps – un poil forcé. Ce soir, on peut dire qu’on a vaincu la boue : les bonnes volontés qui passaient pas là ont prêté main-forte à l’équipe, et ensemble on y est arrivé·e·s.